Serge Maniey

Ma vie professionnelle d'avant

Après avoir accompli une carrière riche en transformation et évènements pendant 20 ans auprès de France Télécom, je me suis senti de plus en plus en désaccord avec la politique managériale et financière de cette entreprise : j’ai donc décidé de m’installer en tant que somatopathe à Cesson Sévigné en 2004.

La rencontre avec la somatopathie

J’ai connu la somatopathie en tant que patient par l’intermédiaire de Pierre Camille Vernet en 1992, à la suite d’une importante hernie discale dont je souffrais depuis plus de deux ans. En 2 séances seulement et après de fortes traversées émotionnelles provoquées par la 2ème séance, j’ai retrouvé un dos parfaitement rétabli et dont je n’ai jamais plus souffert depuis ce temps là. Lorsque Pierre Camille Vernet a décidé de créer son école, j’ai donc intégré la toute 1ère promotion en mai 1999 : non pas pour en faire mon métier, mais simplement pour comprendre comment la méthode fonctionnait : comment des gestes aussi doux avaient un impact aussi puissant tant sur le plan du rétablissement physique, que sur le plan émotionnel.Depuis 2004, j’ai donc acquis une longue et intense expérience professionnelle de praticien (plusieurs milliers de consultants) ainsi qu’une véritable appétence pour l’enseignement. En effet depuis 2004, j’ai participé à la formation de plusieurs promotions comme enseignant au sein de l’école de Pierre Camille Vernet, et ce  jusqu’en 2015. Impulsé par la pratique singulière et l’intuition hors pair de Pierre Camille Vernet, j’ai contribué, avec d’autres enseignants de l’école, à la découverte d’autres niveaux d’organisation du corps et de l’esprit tant sur un plan physique, émotionnel, énergétique et transgénérationnel.

L'évolution de ma pratique quotidienne grâce à l'embryologie

M’étant spécialisé dans l’embryologie à la demande de mes deux professeurs de l’époque (Pierre Camille Vernet et Yannick Aussage), depuis 2003  j’ai pu  mettre en place une véritable compréhension scientifique du Mouvement Respiratoire Primaire (micro-mouvements de l’ensemble du corps contesté par une partie de la profession ostéopathique). La cinétique embryologique, très bien expliquée par les travaux d’Eric Blechschmidt et désormais prouvée par les travaux de Vincent Fleury sur la dynamique des fluides cellulaires :  celle-ci étant la base même de la morphogénèse de la structure corporelle, m’a permis de mettre en évidence la relation entre les corrections infinitésimales et informationnelles de nos gestes et le retour physiologique articulaire de la structure du corps. Mes recherches donnent une hypothèse d’explication sur la méthode de Maurice Raymond Poyet, ainsi que sur celle de Pierre Camille Vernet.

Ce regard sur l’embryologie a enrichi mon toucher séances après séances. Cela  m’a permis de mieux comprendre le pourquoi des différentes lésions informationnelles du périoste (membrane conjonctive qui enveloppe l’extérieur de l’os) jusqu’à la déformation osseuse, et l’impact que cela avait sur l’ensemble de l’architecture corporelle et crânienne par l’intermédiaire en autre, des fascias. L’étude de la cinétique membranaire embryologique me permet de visualiser la structure corporelle autrement que sous un aspect simplement articulaire et musculaire en ayant une perception totalement novatrice entre les liens structurels et énergétiques du corps : nous travaillons de fait pour rétablir les mouvements physiologiques naturels du corps, sur une mémoire informationnelle originelle, centrale et globale de ce dernier.

D'autres disciplines participent à ma pratique de soin

Constellation familiale

Approche systémique

Une autre caractéristique essentielle de la somatopathie, est la codification sensitive corporelle décrite par Pierre Camille Vernet et qui révèle des mémoires transgénérationnelles héritées par nos parents, grands parents ou plus parfois : elles sont souvent les points de référence de nombreux dysfonctionnements disproportionnés sur un plan émotionnel ou autre, lors d’événements personnels répétitifs qui vont raviver cette mémoire inconsciente. Certains travaux d’ailleurs sur l’épigénétique (discipline de la biologie étudiant les différents mécanismes modifiant de façon réversible, adaptative et transmissible l’expression des gènes sans en changer la séquence nucléotidique) confirment fondamentalement cette hypothèse.

Comme l’enseignement et les connaissances de cette discipline ne sont pas dispensés précisément à l’école de somatopathie,  je participe depuis 2007 régulièrement à des formations d’approches systémiques de repositionnement familial dirigées par Marie Thérèse Bal-Craquin sous l’égide de l’ULESI. Ces séminaires me permettent d’affiner encore de façon beaucoup plus juste toutes les intrications inconscientes transgénérationnelles pouvant affecter le bien être émotionnel et physiologique d’un être humain et en rapport avec sa structure corporelle.

Approche Ericksonnienne

Une des composantes essentielles au travers de la somatopathie est la verbalisation. J’ai décidé après mon départ de l’école de somatopathie en 2015, de me perfectionner dans cette approche par l’intermédiaire de l’hypnose Ericksonienne. Cette discipline me permet d’entendre la véritable demande inconsciente du consultant et non pas uniquement son récit (qui a aussi son importance).

D’autre part, l’hypnose Ericksonienne me permet également d’accompagner le consultant avec des méthodes plus efficaces et plus profondes que la simple verbalisation. Cette discipline impulse un changement radical d’état de conscience sans forcément passer par la case émotion et sans rajouter du mental à des personnes déjà bien surchargées. Cette discipline me permet d’ajuster judicieusement le Verbe à la parole.

Le concept de l’hypnose Ericksonienne, celui de la méthode Poyet et de la somatopathie sont différents modes d’accompagnement passant par l’inconscient : ils provoquent la modification d’un changement d’état intérieur radical sur la physiologie ou l’état émotionnel, aidant la personne à une transformation profonde dans le sens de l’apaisement et de la guérison.